Le nez de clown

Par Jean-Bruno Guglielminotti

Nous avons choisi d'évoquer ici le faux nez en nous référant à l’artiste clown, et non pas au métier ou à l'expérience de « trouver son clown ». Devenu un emblème, voire un archétype de l’art du clown dans nos sociétés occidentales, le faux nez annonce la présence d’un auguste au premier coup d’œil. Rouge, le faux nez « se voit comme le nez au milieu de la figure »

Dans cet article, nous utilisons le plus souvent l'expression « nez de clown ». Pour mieux saisir ce que nous nommons aujourd'hui un « clown », nous vous invitons à lire en préambule un article passionnant de Joanna Bassi (circassienne, violoniste, auteure, clown, metteure en scène et formatrice) : « Clown Blanc et Auguste ». 

D’où vient le nez de clown ? On raconte, entre autre légende, qu'en 1768, en Grande-Bretagne, un écuyer ivre échouant à monter sur son cheval aurait fait rire le public aux éclats. Le nez rouge du clown serait né ce jour-là… Au-delà des légendes, pour tenter de répondre à cette question, nous avons choisi de nous référer à un article de Joanna Bassi. Elle présente ce qu’elle a observé, étudié et vécu tout en livrant son ressenti actuel.

Quelle est la fonction du nez de clown ? Considérant que le nez de clown est un masque, nous proposons de rendre compte des propos de plusieurs auteurs à ce sujet.  

Pourquoi le nez de clown est-il le plus souvent rond ? Pourquoi le nez de clown est-il le plus souvent rouge ? Comment choisir un nez de clown ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous partageons les intuitions et réflexions de Sébastien Bickert, facteur de masques. 

Quels sont les différents types de nez de clown ? Quel type de nez de clown choisir ? Nous proposons des réponses à ces questions à la fin de l’article. 


D’où vient le nez de clown ?


Le nez de clown, un héritage du siècle passé ?
Le nez de clown, un héritage du siècle passé ?


Joanna Bassi, membre de la famille circassienne depuis au moins cinq générations, a fait appel à sa mémoire pour évoquer dans l’article « De Clowns et de nez... » les faux nez des clowns occidentaux.

Au 19e siècle, les clowns parcouraient les scènes et les pistes internationales, engendrant des influences artistiques et vestimentaires. Joanna Bassi relève ainsi qu’« une sorte de maquillage très contrasté, blanc, rouge et noir, avait été hérité d’un brassage de genres comiques anglais, italiens, russes et du pierrot blanc français ».

Pour Joanna Bassi, c’est dans ce contexte que l’usage des faux nez, en tant qu’exagération des traits personnels, seraient apparus vers 1870 par des clowns russes. Un usage qui s’éloignait du masque et se rapprochait du maquillage moderne personnalisé. Tandis que les demi-masques et faux nez hérités de la commedia dell’arte avaient un autre objectif : correspondre à un rôle prédestiné et codé. Ces “nouveaux nez” transformaient l’interprète en personnalité. Ils ont ensuite voyagé en Amérique où ils ont été adoptés très largement par les clowns américains qui bénéficiaient d’une meilleure visibilité du fait de chapiteaux plus grands qu’en Europe. De retour en Europe, le faux nez de clown est de plus en plus utilisé par les clowns allemands, devenus entre temps Augustes.

Qu’il soit faux ou qu’il soit peint, le nez rouge domina tout au long du 20e siècle et se diversifia le siècle avançant.


Affiche du Cirque d'Hiver de Paris, La chasse à courre et les célèbres clowns, 1930. Source : gallica.bnf.fr - BnF

Affiche du Cirque d'Hiver de Paris, La chasse à courre et les célèbres clowns, 1930. Source : gallica.bnf.fr - BnF


Face à un certain épuisement du genre artistique propre au « clown traditionnel de Cirque », de nombreux clowns s’efforcent de créer un renouveau à partir des années 1970, notamment dans la rue. Le faux nez disparait largement des visages à cette période.

Cependant, Joanna Bassi constate qu’aujourd’hui le retour du nez rond rouge ne reflète pas nécessairement la personnalité du clown : il est devenu un élément de sa tenue, « comme une sorte d’hommage au siècle passé », un héritage.


Quelle est la fonction du nez de clown ?


Pour Jacques Lecoq le nez de clown est « le plus petit masque du monde ». 

Un masque n’est pas un simple objet. Il « agit ». 

Le nez de clown renvoie à une fonction symbolique, à une signification que lui reconnait la personne qui le voit. Dès le premier regard, il renseigne le public sur l’intention de l’artiste de se présenter comme un auguste. 


À gauche (1999) et à droite (2005) : affichettes du festival de cirque et de théâtre de rue de « Furies », conçue par Nicolas Auger. Source : Châlons-en-Champagne, musée des Beaux-arts et d'Archéologie.

À gauche (1999) et à droite (2005) : affichettes du festival de cirque et de théâtre de rue de « Furies », conçue par Nicolas Auger. Source : Châlons-en-Champagne, musée des Beaux-arts et d'Archéologie.


Le nez de clown agit comme un permis de transgression des règles sociales. Dans le champ du clown intervenant social, Jean-Bernard Bonange (acteur-clown, cofondateur du Bataclown et Clownanalyste) rapporte que « le nez rouge est pour [l’artiste clown] une sorte de passeport diplomatique : il [lui] garantit l’immunité dans [sa] transgression parodique. »

Le nez de clown renforce la distance entre la personne et le clown. Bernard Kudlak rappelle comment le masque agit pour l’artiste : « [le nez de clown] est la bouée de secours de celui condamné aux rires, aux coups, aux lazzis et à la méchanceté naturelle des directeurs de cirque, des enfants, de leurs parents, des puissants et des fâcheux. » Pour Le Rire Médecin qui emploie des clowns intervenant à l’hôpital, « le nez permet de matérialiser la distance suffisante qu’il faut au comédien pour incarner son personnage sans être submergé par ses propres émotions. »


Pourquoi le nez de clown est-il le plus souvent rond ?


Peut-être, comme le pense Sébastien Bickert, parce qu’il a une « forme simple, élémentaire… Le nez rond est non-réaliste, ainsi [...] tout est possible ».

Il semble que le nez rond se soit imposé aujourd’hui comme « le nez neutre » du clown.


Filomène (Marie-Emilie Nayrand) et Félix (Jean-Luc Bosc) de la compagnie Le Voyageur debout au festival d'Avignon en 2017. Crédit photo : Jean-Bruno Guglielminotti
Filomène (Marie-Emilie Nayrand) et Félix (Jean-Luc Bosc) de la compagnie Le Voyageur debout au festival d'Avignon en 2017. Crédit photo : Jean-Bruno Guglielminotti


Pourquoi le nez de clown est-il le plus souvent rouge ?


Dans notre culture occidentale, la sensation visuelle correspondant aux couleurs vives trouve son apothéose dans le rouge situé entre les teintes sombres (qui culminent avec le noir) et les couleurs claires (qui culminent avec le blanc).  

Sébastien Bickert rappelle que « le rouge symbolise surtout la vitalité » et attire de fait notre regard. Rouge, le nez de clown se voit de loin !


Elodie Hatton, « Olé ! ». Crédit photo : Clément Martin
Elodie Hatton, « Olé ! ». Crédit photo : Clément Martin


Comment choisir un nez de clown ?


En tant que facteur de masques, Sébastien Bickert « considère le nez comme étant le lieu le plus facile à caractériser ». « Souvent, quand je travaille au modelage d’un masque, c’est le nez qui s’affirme en premier et je n’ai plus qu’à [créer] le reste à partir de lui. La forme du nez peut être le point de départ de la transformation... », confie-t-il. Il s'agit de trouver une forme de « cohérence », une lisibilité pour les spectateurs que ce soit dans l'harmonie ou le « contraste ».

Certains se demandent quel modèle de nez de clown ira le mieux à la morphologie de leur visage. Eh bien, pour Sébastien Bickert, il n’y a pas de recette ou de règles en la matière et c’est à chaque clown de faire son choix !

Sébastien Bickert témoigne qu’il ne s’agit pas « de choisir, comme pour des chaussures, sa pointure ». « Une jeune clown venue chercher un petit nez de clown pour son petit nez a essayé un gros nez de clown, ses camarades et moi-même avons tout de suite souri, c’est qu’il s’est passé « quelque chose », et c’est avec ce gros « pif » qu’elle est repartie ! »


Anna de Lirium (Tanja Simma) et Colette Gomette (Hélène Gustin), « THE ONE & the one ». Crédit photo : © René Figueroa
Anna de Lirium (Tanja Simma) et Colette Gomette (Hélène Gustin), « THE ONE & the one ». Crédit photo : © René Figueroa


Quels sont les différents nez de clown ?


Les nez de clown sont de fabrication industrielle ou artisanale. Ils sont prêts à chausser ou conçus sur mesure. Les nez de clowns sont aujourd’hui en mousse, en plastique, en latex, en cuir, mais peuvent aussi être en carton, en cire...

Vous trouverez surtout des nez de couleur rouge, dans des teintes claires à foncées, mais vous trouverez aussi des nez d’autres couleurs : noirs, gris, marrons, dorés, bleus, verts, blancs ; il n’y a pas de limites… !

Pour chausser un nez de clown, il vous faudra choisir sa taille qui varie de petite à très grande. Les nez de clown se portent le plus souvent avec un élastique, mais peuvent aussi se pincer sur le septum nasal ou encore être « collés » directement sur le nez.

Si les nez de clown sont le plus souvent ronds, certains pourront rappeler les formes de nez de clowns célèbres comme le nez carré de Charlie Rivel ou le nez en trompette de Charlie Caroli. 


À gauche : Charlie Rivels, dessin de Pierre Payen, source : gallica.bnf.fr BnF. À droite : timbre de Madagascar représentant Charlie Cairoli alias Hubert Jean Charles Cairoli, série EUROPA 2002 The Circus - Famous Clowns
À gauche : Charlie Rivels, dessin de Pierre Payen, source : gallica.bnf.fr BnF. À droite : timbre de Madagascar représentant Charlie Cairoli alias Hubert Jean Charles Cairoli, série EUROPA 2002 The Circus - Famous Clowns


Quel type de nez de clown choisir ? 


Tout dépend de votre intention et de votre budget.

Le nez en plastique dur, inconfortable et peu esthétique, tout comme le nez en mousse - qui tient difficilement en place lors des mouvements ! - sont vendus dans les magasins de farces et attrapes ou sur des sites de ventes en ligne pour quelques dizaines de centimes à quelques euros.

Vous trouverez des nez de clown industriels, en latex ou caoutchouc, souples et confortables, vendus par des distributeurs parfois dotés de sites de vente en ligne, pour quelques euros à une dizaine d’euros.

Des nez de clowns de création artisanale en latex ou en cuir, sont proposés par des acteurs spécialisés et sont disponibles pour quelques euros à un peu plus d’une dizaine d’euros.

Pour un travail sur mesure, il est possible de s’adresser à un atelier de facteur de masque ou encore de confectionner vous-mêmes votre nez dans le cadre d’une recherche artistique avec l’aide d’un professionnel qui vous accompagnera dans votre démarche.


De gauche à droite : nez de clown industriel en plastique, nez de clown en latex souple fixé au septum et nez de clown artisanal en cuir. Crédit photo : DR

De gauche à droite : nez de clown industriel en plastique, nez de clown en latex souple fixé au septum et nez de clown artisanal en bois. Crédit photo : DR


Conférence d'Olivier-Hugues Terreault : celui qui ne peut sauver personne, mais que tout le monde peut sauver, nature et fonction sociale du clown au 21e siècle

Conférence filmée à propos de la nature et de la fonction sociale du clown aujourd'hui

Olivier-Hugues Terreault évoque la nature et la fonction sociale du clown lors d'une conférence qu'il a donné à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3. La captation et le montage ont été réalisés par Yann le Saout (Biografilm), la production a été réalisée par La Grande Famille des Clowns. Bon visionnage !
Lire la suite
Vincent Rouche - Crédit Photo : François Deschamps

Interview de Vincent Rouche (Compagnie du Moment)

Toute reproduction totale ou partielle du contenu de cette interview sans autorisation écrite de leurs auteurs, Vincent Rouche et François Deschamps, est interdite.
Lire la suite
« Ils étaient une fois… des petits NEZ rouges » un conte émotionnel : des Clowns Sans Frontières filmés par Alexandra Willot-Beaufils. Crédit photo : Alexandra Willot-Beaufils

Des Clowns Sans Frontières filmés par Alexandra Willot-Beaufils

Des clowns professionnels donnent de leur temps pour des missions artistiques et humanitaires, là où des populations sont affectées par des crises humanitaires, victimes de marginalisation ou en situation de grande précarité. Ces clowns œuvrent dans l’anonymat pour offrir un soutien moral et émotionnel par le rire et le spectacle vivant. Alexandra Willot-Beaufils témoigne de deux de leurs missions en Moldavie et en Égypte dans un film passionné et personnel : « Ils étaient une fois… des petits NEZ rouges », un conte émotionnel.
Lire la suite
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus